Accéder au menu

Égéries

Le concert numérique vu par le Quatuor Debussy

Création 2021

avec Quatuor Debussy, David Gauchard (mise en scène), Benjamin Massé (art numérique)

— BORODINE Alexandre
Quatuor n°2 (1880)
— CHOSTAKOVITCH Dimitri
Quatuor n°7 opus 108 (1960) en fa dièse mineur
— JANACEK Leos
Quatuor n°1 en mi mineur Sonate à Kreutzer (1924)
— GORECKI Henryk
Already it is dusk

Que se cache-il derrière un chef-d’œuvre ? Qu’il soit pictural ou musical, difficile pour l’artiste de trouver l’inspiration sans réussir à mettre le doigt sur les figures, si subtiles et fragiles soient-elles, qui font naître la création, ni réussir à observer ces muses sans qui rien ne serait possible. Accompagné par le metteur en scène David Gauchard, le Quatuor Debussy a souhaité interroger la(les) forme(s) de l’œuvre par le prisme de l’atelier du peintre, et notamment à travers ses égéries : en installant un artiste plasticien au cœur d’un dispositif numérique et organique, ce tout nouveau projet interpellera autant le public que le quatuor, pour que l’instrument (se) dessine à son tour…

 

David Gauchard en parle…

En écoutant la proposition du Quatuor Debussy autour des grands compositeurs que sont Borodine, Chostakovitch, Janacek, Gorecki, puis en discutant ensemble des œuvres une à une, de leurs sources d’inspirations précises, j’ai tout de suite pensé qu’il fallait à la fois s’inscrire dans la continuité des spectacles précédents (Requiem(s), Seuls les vivants ont raison, Jeux d’Ombres…) puis s’en émanciper doucement. Quelles muses, quelles égéries derrière les œuvres ? L’atelier du peintre, l’endroit où l’on cherche, où l’on désespère souvent et où l’on trouve enfin m’est apparu comme un chemin possible, celui de la création.

Suivez-nous !

Inscrivez-vous à la newsletter mensuelle

Suivre le Quatuor Debussy