Accéder au menu

Se réapproprier une tradition orale

En 2010, le Quatuor Debussy a eu l’occasion de construire un parcours artistique avec la communauté gitane sédentarisée dans le quartier du Marais de Décines-Charpieu depuis les années 1960, sur une initiative de Jean-Paul Bouvet, alors directeur de la salle de spectacle Le Toboggan. Cette communauté qui n’a pas pour habitude de fréquenter les lieux de spectacle et n’est pas forcément accoutumée à la musique dite « classique », est pourtant l’une de celles chez qui la musique est la plus omniprésente, partout et tout le temps. En effet, la culture gitane est animée de nombreux chants et de riches mélodies, transmises de génération en génération par la tradition orale, le plus souvent sans partition. Un style musical qui laisse, au même titre que les musiques jazz par exemple, une grande place à l’improvisation.

 

Lors de la première rencontre au sein de la communauté du Marais, force était de constater que les musiciens présents (de nombreux anciens qui, traditionnellement, transmettent leurs savoirs aux plus petits) bénéficiaient d’une relève dynamique : de jeunes adolescents ont participé à ces ateliers qui, pour beaucoup d’entre eux, était l’occasion de démontrer que leur jeu était parfois plus juste que celui de leurs ainés. Mêlés aux enfants et aux nombreuses familles présentes, ces musiciens en herbe allaient avoir l’occasion durant ce parcours d’interroger leur persévérance et leurs nouvelles envies, de chasser les doutes naissances et de proposer (en lien avec leurs ainés) une véritable réappropriation de leur tradition musicale par le biais de nouveaux apprentissages musicaux : réinterpréter sa propre tradition orale par la rencontre avec une autre tradition, celle de la composition, via l’art du quatuor à cordes.

 

Si les deux premières séances ont permis à tous les participants de mieux se connaître, de pouvoir échanger en mettant à mal les idées reçues de part et d’autres, elles ont surtout été l’occasion pour tous les musiciens de se familiariser avec les morceaux spécialement écrits pour cette occasion par Dimitri Tchesnokov, célèbre compositeur franco-ukrainien contemporain. Poupon, guitariste et figure emblématique de la communauté commentera :

« Le Quatuor Debussy est attaché au respect de la partition. Ce sont des bons professionnels, des musiciens de qualité, proches de ceux qu’ils rencontrent. À aucun moment ils n’ont fait preuve de supériorité. Nous, nous sommes plus dans la tradition. Nous jouons à l’instinct, avec une bonne dose d’improvisation. Suivant le temps, la forme du jour, l’humour aussi, notre couleur musicale sera différente. On fait des fautes techniques. Mais on est sincères. La musique seule, sans l’émotion qui l’accompagne, n’est rien. »

Enfin, le dernier atelier de ce projet fut marqué par la restitution auprès d’un public hétéroclite dans une ambiance joyeuse et pleine de vie ; une représentation publique qui s’est déroulée en juin 2010 dans une salle des fêtes du quartier. Souhaitant faire se rencontrer les différentes cultures et communautés qui habitent ce territoire, la première partie de la soirée a été assurée par une classe d’enfants du Marais, accompagnée par le Quatuor Debussy, tandis que la deuxième partie mettait en avant les cordes des quatre musiciens, accompagnées de celles des guitares gitanes. Cette rencontre entre musiciens a pris la forme d’un véritable échange pour tous les participants, caractérisé par une rencontre entre deux styles musicaux mais également entre deux modes d’apprentissages : une rencontre entre la partition et la tradition orale. Jean-Paul Bouvet commentera d’ailleurs cette initiative :

« Cette rencontre improbable a été fabuleuse.
Une vraie réussite humaine. »

  • Quatuor Debussy lyon
  • Quatuor Debussy lyon
  • Quatuor Debussy lyon
  • Quatuor Debussy lyon
  • Quatuor Debussy lyon
  • Suivez-nous !

    Inscrivez-vous à la newsletter mensuelle

    Suivre le Quatuor Debussy