Inscription Newsletter

Guest Stars

_Chupee Chapel – Cocoon & le Quatuor Debussy

10 ans après le succès de Chupee, tube emblématique de Cocoon jamais passé de mode, son maître d’œuvre Mark Daumail vient clore au Petit Bulletin festival la tournée de son troisième album de folk gracile et anglophone, Welcome Home, par un concert très particulier pour quatuor à cordes. Un événement baptisé Chupee Chapel.

 

Mark Daumail dit d’ailleurs à propos de ce projet : « […] est venue l’idée du quatuor, qui est la cerise sur le gâteau. C’est quelque chose que j’ai déjà fait et c’est toujours une expérience géniale que de jouer avec des cordes. […] Je suis très honoré de jouer avec eux. Mon travail est assez basique – quatre accords, des lignes mélodiques assez simples – et j’aime le confronter à des gens aussi forts. J’ai l’impression d’être un peu un extraterrestre quand je joue avec des musiciens classiques. Et puis ça va être la dernière date de la tournée et forcément un moment très particulier. »

 

© Bernard Benant

_Keren Ann & le Quatuor Debussy

Attachée depuis quelques temps à présenter son répertoire sous une forme différente, intimiste, se rapprochant de la manière dont elle compose ses chansons, la chanteuse franco-néerlandaise à la production métronomique (sept albums en quinze ans), enrichira son œuvre de la présence du caméléon baroque-pop qu’est le Quatuor Debussy. Au programme, des titres de son dernier disque You’re gonna get love, sorti en 2016 et enregistré entre Brooklyn et Paris, ainsi que de nombreux classiques de son impeccable discographie. Entre les chansons de Keren Ann et le voile de douceur dans lequel le Quatuor Debussy va les envelopper, vous allez en avoir, de l’amour, soyez-en sûrs.

 

© Radio France

 » Le Quatuor Debussy  est un vrai groupe où chacun est habitué à s’écouter, à jouer l’un près de l’autre. Quand on doit porter un accompagnement c’est très intéressant. Par moments, ce sont eux qui m’accompagnent, à d’autres moments, je sens que c’est moi et ils me permettent de m’assoir sur leur jeu. Moi j’arrive avec mon répertoire, mon caractère. Et le Quatuor Debussy arrive avec leur expérience et leur unité de musiciens qui jouent des choses incroyables.  »
Keren Ann pour Le Midi Libre

 

_Karine Deshayes et le Quatuor Debussy

Artiste lyrique de l’année aux Victoires de la musique en 2011 et 2016, la mezzo-soprano Karine Deshayes, acclamée partout dans le monde pour ses rôles lyriques, rejoint le Quatuor Debussy dans un programme autour de grands airs de Mozart et de lieder de Schubert. Un dialogue voix et cordes, sublimé par les arrangements du Quatuor Debussy, qui renoue avec l’esprit intimiste des salons de musique viennois.

 

SCHUBERT Lieder et quatuor n°14
MOZART Airs de concert et d’opéras

 

© Aymeric Giraudel

 

« Karine Deshayes, la chanteuse lyrique que les scènes du monde entier réclament. »
Ouest France 

_New York Music

Gabriel Kahane & le Quatuor Debussy

Ils sont les stars montantes de l’autre côté de l’atlantique, naviguant du pop-rock à la musique contemporaine, de New York à Los Angeles, auteurs-compositeurs-interprètes, leur credo : ne pas choisir, ne pas se limiter. Gabriel Kahane, Bryce Dessner, Marc Mellits, autant de compositeurs à découvrir. Alors si leurs chemins croisent celui des Debussy, c’est une belle soirée de rencontre qui s’annonce !

 

KAHANE, DESSNER, MELLITS Oeuvres diverses

 

© Loll Willems

 

« Kahane est un chanteur naturellement calme et chaleureux, et son ingéniosité compositionnelle semble sans limite, tant il compose certains morceaux comme des pièces de musique de chambre et d’autres comme des titres de pop indé. »
The New York Times

25/03/2016 20h30

24/03/2016 20h30

_Richard Galliano & Debussy

Curieuse et anachronique rencontre que celle de Mozart et de l’accordéon ; c’est pourtant le pari lancé par Richard Galliano, accordéoniste et bandonéoniste virtuose qui réinvente son instrument et son répertoire depuis plus de trente ans. Les traditionnels clivages entre « musique savante » – dont l’éternel jeune homme Mozart est sans doute le symbole le plus fameux – et musique « populaire » sont constamment remis en question par ce passionné qui n’hésite pas à réinterpréter le grand répertoire en l’adaptant à son instrument. C’est ainsi que l’accordéon continue d’explorer le répertoire classique, accompagné du Quatuor Debussy. Raffinement viennois d’autrefois et français d’aujourd’hui, que demander de plus !

 

DEBUSSY Estampes, Jardins sous la pluie, quatuors à cordes

GALLIANO Petite suite française, quintette pour accordéon et cordes

MOZART Quintette pour clarinette et cordes en la majeur (version accordéon)

 

© Vincent Catala

_Valentino Suite

Ce concert concocté par le Quatuor Debussy et Pascal Contet, l’un des grands maîtres de l’accordéon en France, propose un panorama de la musique argentine, du tango aux oeuvres contemporaines, à la croisée du savant et du populaire. Le Quatuor Debussy a en commun avec Pascal Contet le goût pour les collaborations et les rencontres originales. Il l’a prouvé depuis 25 ans en multipliant les expériences artistiques les plus folles.

 

Ensemble, ils parcourent le répertoire en y glissant surprises et découvertes comme le quintette composé spécialement pour eux par Oscar Strasnoy, compositeur argentin d’origine russe et vivant aujourd’hui à Berlin, associé pour trois ans au Quatuor Debussy ou encore Valentino Suite que le compositeur français Christophe Julien, célèbre pour ses musiques de films, a dédié à Pascal Contet. Une découverte surprenante !

 

MORELENBAUM A Carta de Dora
JOBIM Manha de Carnaval
PIAZZOLLA Chant et Fugue, Contrabejando
COBIAN Nieblas del Riachuelo
PLAZA Nocturna
PIAZZOLLA Milonga del Angel, Fuga y misterio, Chador
STRASNOY Quintette en deux mouvements
JULIEN Valentino Suite

© Jean Radel

_Gypsic

Une des plus grandes violonistes françaises dont les origines resplendissent dans ce programme festif, le tout coloré par les sonorités magiques de l’instrument, roi des Balkans, le cymbalum… Une invitation à la danse ! Cap à l’est pour ce programme teinté de sonorités tsiganes, avec les oeuvres des compositeurs emblématiques de ce répertoire : Dvorák et ses danses slaves, Brahms et ses danses hongroises, Bartók et ses danses roumaines… Danse virtuose des archets aussi avec une rhapsodie hongroise de Liszt ! Le voyage dans ces sonorités gypsic finira en Espagne, sur le rythme endiablé des airs bohémiens de Sarasate, un florilège de mélodies couronnées d’un csárdás mémorable.

 

DVORAK, BRAHMS, SARASATE, BARTOK, LISZT Danses, dumka et autres rhapsodies d’Europe centrale

 

©Bernard Benant

 

« En plus d’un talent hors du commun, Sarah Nemtanu est une jeune femme déterminée à prouver que la musique classique n’est pas réservée à une élite, qu’on y trouve des personnalités ouvertes et en phase avec le monde d’aujourd’hui. »
France info

« Assis face à son instrument, Iurie Morar est concentré, si bien que la rigueur en devient palpable. Ce cymbalum, que le musicien a mis dix-neuf ans à apprivoiser »
Le Figaro

 

_Yael Naim & le Quatuor Debussy

Yael Naim, son alter ego musical David Donatien et le Quatuor Debussy tentent l’expérience d’un mélange de styles, d’une imbrication de sonorités et enchantent leur public. De leur rencontre en juin 2015 nait un concert au pied levé, impromptu et mémorable. Ils se sont retrouvés sur scène fin janvier 2016, pour un moment musical unique et ont revisité le répertoire de la chanteuse, de ses premiers albums à Older. De nouveaux arrangements avec cordes mettent en exergue un dialogue sensible avec une voix incomparable. Après le succès de plusieurs dates à guichet fermé, les artistes se sont offert une tournée en France.

 

Les concerts sont d’une émouvante intensité où toutes les cordes trouvent leur place à merveille. Le Quatuor est au service d’une chanteuse d’exception pour la porter, la sublimer. Le mélange de leurs univers révèle une alchimie exceptionnelle, active l’imaginaire d’un public conquis et provoque d’innAombrables frissons de plaisir. La formation en musique classique de Yael Naim et la volonté du Quatuor Debussy de briser les barrières à coups d’archet leur permet de parler le même langage, d’atteindre une complicité et une sensibilité rares et de se compléter à merveille. Yael Naim et le Quatuor Debussy, deux personnalités qui, juxtaposées, amènent une proposition artistique profonde. Surprise, renouvellement et découverte naissent de ce partage original.

 

©Gilles Pautigny

 

« Les gens font confiance à deux personnalités qui ont décidé de faire quelque chose d’un peu profond. Autant la première était une rencontre impromptue, autant là les gens semblent avoir confiance dans ce concept. Certains connaissent Yael, d’autres nous connaissent, ils découvrent. »
Christophe Collette, 1er violon du Quatuor Debussy

 

_Duel Mozartien

Un requiem revisité pour quatuor à cordes, des opéras sans orchestre, le facétieux Mozart en sourit d’avance ! Deux parmi les plus belles voix mozartiennes au service d’un Mozart qui devient chambriste dans ses chefs-d’oeuvre les plus orchestraux. Lorsqu’on prononce le mot opéra, on imagine souvent la splendeur des mises en scène et la magie des sonorités surgissant de la fosse d’orchestre. Mais l’opéra, c’est aussi le lyrisme, les passions qui se télescopent, la mélancolie, l’amour, la mort.

 

Le Quatuor Debussy a souhaité exalter les sentiments qui habitent les personnages des opéras de Mozart dans une plus grande intimité, aux côtés d’Amel Brahim-Djelloul, Stéphanie D’Oustrac ou Raquel Camarinha en soprano, Sébastien Droy ou Julien Behr en ténor et Florian Sempey en baryton.

 

MOZART Requiem (transcription pour quatuor à cordes de P.Lichtenthal 1802)
MOZART Air de concerts et opéras

 

© Bernard Benant

 

« Amel Brahim-Djelloul est maintenant reconnue comme une des grandes voix de sa génération. Au confluent des cultures, sa voix chaude sert avec bonheur un large répertoire lyrique (du baroque à Debussy), la mélodie française et le chant traditionnel du Maghreb et du Moyen-Orient. »
Musicologie.org

 

 

« Triomphateur de la soirée, Florian Sempey est un Figaro d’exception, qui n’a pas à rougir de la comparaison avec les références de la discographie. Le timbre est beau, l’émission ferme, l’aigu plein et sonore, les vocalises parfaitement en place. Quant à l’incarnation, c’est un miracle de verve et de subtilité dans les nuances. Du très, très grand art, qui hisse le jeune baryton français aux tout premiers rangs sur le plan international. « 
Opéra Magazine